mardi 31 janvier 2006

SOS Cuisine

À la Première chaîne de Radio-Canada, ce midi, on parle de bouffe santé et on a mentionné le site SOS Cuisine.

On peut s'inscrire gratuitement pour recevoir des menus pour la semaine, avec la liste d'épicerie correspondante et un guide d'exécution, où l'on dit même des choses comme «Mettez le poulet au congélateur en arrivant», etc. Pas besoin de penser...

lundi 30 janvier 2006

Tout ce qu'il reste...




...après l'incendie d'avant-hier.

dimanche 29 janvier 2006

Incendie samedi soir



Sur l'avenue du Parc, au nord de la rue Bernard.

vendredi 27 janvier 2006

Radios Internet

Il existe des tonnes de radios sur Internet, mais cette semaine, j'en ai découvert trois intéressantes (mentionnées dans La Presse).

AOL Radio : il faut ABSOLUMENT utiliser Internet Explorer.
Choisir le menu AOL Radio et dans le menu, Launch AOL Radio.
Dans les stations, dans la catégorie World/International, il y a deux postes de musique française, French Classics et French Scene. «French Scene» est vraiment étonnant, on y entend plusieurs des artistes qui passent sur RadioBlagon. On peut aussi écouter de la musique hawaïenne ou de la pop japonaise...

Pandora est intéressant aussi, mais dans un tout autre genre. En principe c'est seulement de la musique en anglais (quoique j'ai réussi à avoir du Manu Chao). Le principe, c'est de créer ses propres postes de radio (je pense qu'on a droit à une centaine, ou est-ce 200? même sans abonnement) et d'«éduquer» le site pour qu'il fasse jouer ce qu'on aime. On part d'un artiste ou d'une chanson et le site propose des morceaux. On indique si on aime ou pas et le site s'ajuste en conséquence. Ce qui est intéressant, c'est qu'il ne procède pas selon des catégories convenues, mais en fonction des caractéristiques de la musique (majeur ou mineur, tempo, etc. - lire les explications sur le Music Genome Project). Pour s'inscrire (gratuitement), il faut un code postal aux USA (5 chiffres, par exemple à New York 100xx), ce qui est très facile à trouver sur n'importe quel site de commerce ou journal américain (de toute façon, ils ne vérifient rien, c'est juste parce que pour des raisons de licences, c'est supposé être accessible seulement aux USA).

J'ai aussi essayé Radiolibre, un site québécois, création de Astral. En principe, il faut payer un abonnement, mais même la zone gratuite est intéressante. On peut choisir d'écouter les émissions avec les commentaires ou seulement la musique. J'ai bien aimé Zone gratuite > Univers musicaux > NuMusik > FreakFolk. Je l'ai écouté avec les commentaires et j'ai découvert des choses très intéressantes, notamment Devendra Banhart dont je n'avais jamais entendu parler. En cliquant sur son nom, je suis allée sur son site (www.cripplecrow.com/ - très joli), j'ai cliqué sur LISTEN et j'ai pu écouter plein de ses chansons. Une voix remarquable.

On commence à comprendre comment je réussis à passer mes journées sur Internet...

Comme dans mon enfance

J'ai eu un «flash» ce matin, en traînant au lit après une nuit trop courte parce que je me suis encore couchée trop tard, occupée que j'étais à lire diverses choses sur Internet. Quand j'étais petite, j'avais toujours le nez dans les livres. J'ai appris à lire vers 4 ans je pense, j'ai fait ma première année à 5 ans, mais maman m'avait montré à lire avant. Alors à partir de ce moment jusque vers 14 ans, je ne faisais que lire. Je ne jouais pas, je lisais. Je n'ai jamais appris à sauter à la corde, ni à jouer à l'élastique. Je lisais en mangeant et si je n'avais pas de livre devant moi, je lisais les boîtes de céréale. Une fois que je savais le texte par coeur, je m'amusais à chercher successivement toutes les lettres de l'alphabet, dans le français mais aussi dans l'anglais (ma carrière de traductrice vient de loin). Quand on est arrivés à Québec, je lisais encore plus qu'à Chicoutimi. J'avais 10 ans et je lisais dans l'autobus scolaire, je lisais même en marchant entre l'arrêt du bus et la maison. Une amie de ma mère me voyait passer tous les jours et trouvait que j'avais l'air d'un curé le nez dans son brévaire. Au début de l'école secondaire, je lisais pendant certains cours, mon livre sur les cuisses, caché par mon pupitre. J'ai quatre frères et soeurs, tous plus jeunes que moi. J'ai côtoyé un peu celui qui vient juste après moi, mais les trois autres (qui ont respectivement 8 ans et 10 ans de moins que moi - mes soeurs sont jumelles), je les ai à peine vus lorsqu'ils étaient petits. Je vivais ailleurs, dans mes livres.

Le résultat de cette enfance le nez dans les livres : je n'ai eu aucun mal à devenir traductrice, mais j'ai très peu de coordination, n'ayant pas assez joué à l'âge où il aurait fallu pour développer ça.

Eh bien on dirait que je reviens à mon enfance, mais en plus techno. Je passe mon temps à lire sur Internet, au lieu d'aller jouer dehors... Heureusement qu'il n'y avait pas d'ordis et surtout pas d'Internet quand j'étais jeune. C'est difficile de lâcher l'ordi quand on trouve constamment quelque chose d'intéressant à lire sur un site ou un autre.

Mais je fais un effort pour faire autre chose, je sais que ce n'est bon ni pour mes yeux, ni pour le reste de mon corps. Avez-vous remarqué comment on peut avoir une mauvaise posture quand on est à l'ordi? Et si vous êtes comme moi, quand on lit quelque chose d'intéressant, on peut rester longtemps sans bouger, sauf l'index qui contrôle la souris.

Bon, je vais aller faire autre chose. :-)

jeudi 26 janvier 2006

Enlèvement de la neige à Montréal

Frank, originaire de Chicago et habitant actuellement Montréal, décrit très bien dans son blogue les diverses étapes de l'enlèvement de la neige. C'est très intéressant de voir notre hiver du point de vue d'un étranger. J'ai davantage apprécié cet hiver, jusqu'à maintenant, parce que je le vois du point de vue de Silvia, Italienne nouvelle arrivée ici. Malheureusement, elle retourne bientôt en Italie pour attendre ses papiers afin de revenir enfin comme résidente permanente. Pour en revenir au blogue de Frank, il parle même de bottes, de sous-vêtements, etc. Une bonne source d'information pour qulqu'un qui songerait à venir s'installer ici.

Traductions extrêmes...

Un nouveau groupe sur Flickr, où l'on retrouve des photos d'emballages de produits dont la traduction fait plus que laisser à désirer. Je suis très contente d'avoir trouvé un endroit plus en vue que mon blogue pour mettre la photo de la «fausse caméra», qui mérite de passer à la postérité. J'ai trouvé le lien sur ni.vu.ni.connu. Merci encore à Grant d'avoir pris la peine de retourner dans ce magasin avec son appareil-photo.

jeudi 19 janvier 2006

Traduction de «news aggregator»

Je viens de trouver comment ça s'appelle en français, dans l'aide de Blogger :

logiciel d'actualisation (ou logiciel de regroupement d'informations).

Une vie en dehors d'Internet?

Je sais, je ne suis pas la seule à passer trop de temps sur Internet, mais je suis peut-être un cas un peu extrême?!?

Par exemple, ce matin, je me suis levée à 9 h, j'ai fait un peu de rangement, le lit, des choses comme ça, tout en écoutant la revue des magazines à l'émission de Bazzo. Le chroniqueur parle de la revue «Utne Reader» mais prononce «youtné». J'ai déjà été abonnée à cette revue et je me souviens qu'il y avait quelque part dans chaque numéro une explication du nom (c'est simplement le nom du fondateur, d'origine scandinave) et qu'on disait que ça se prononce comme «chutney». Donc «otney», pas «youtné». J'ai voulu vérifier sur le site de Utne pour écrire à Bazzo, mais je n'ai rien trouvé et je me suis plutôt retrouvée à m'installer un «news aggregator» (comment ça s'appelle en français?), à essayer de comprendre (laborieusement - je ne suis pas assez «techno» pour saisir vite) comment ça marche et à m'inscrire à un paquet de blogues, en allant voir notamment une bonne partie de ceux qui figurent dans la liste de Martine, du blogue Ni vu ni connu. Résultat : à 15 h j'étais encore à moitié en pyjama, je n'avais rien mangé depuis hier soir et je tremblais de froid et de faim. (Je me demande si je devrais raconter ceci sur mon blogue, mon entourage va s'inquiéter de ma santé, mentale et physique...)

Docteur, que faire pour ne plus que ça m'arrive? Je viens de trouver un nouveau mot dans le Grand dictionnaire terminoloqique :

blogodépendance (English : blog addiction)

Passion pour le blogue qui se manifeste par un besoin compulsif de mettre à jour son blogue sur une base quotidienne et de prendre connaissance des commentaires reçus.
Je ne mets pas mon blogue à jour quotidiennement, je n'ai pas de commentaires, mais je passe bien du temps à lire les blogues des autres. Mais en fait, je souffre d'une maladie plus générale, la cyberdépendance. Intéressant, ce qu'on en dit dans la fiche du GDT :
«Ce syndrome peut affecter les individus cyberdépendants au point de gâcher leur existence et celle de leur famille. D'après les conclusions d'une psychologue de l'Université de Pittsburgh qui a mené un sondage auprès de 396 grands utilisateurs d'Internet, les cyberdépendants passent, en moyenne, 38 heures par semaine dans Internet, comparativement aux internautes dits « normaux » qui n'en passent que 8.»
Je ne sais pas si je suis dans la moyenne des cyberdépendants, mais leur moyenne de 8 h par semaine pour les internautes normaux me semble un peu dépassée...

Les lecteurs habituels (hum... je ne pense pas qu'il y en ait... disons les amis qui sont déjà venus sur ce blogue) remarqueront peut-être que c'est la première fois que je mets une vraie photo de moi ici. Le verre de vin est pas mal inhabituel, j'avais de la visite, on transférait de la musique entre deux ordis et mon chum, qui est supposé être le vrai informaticien dans cette maison, s'est amusé à photographier les 2 «geekettes». J'ai ôté Silvia de la photo. Je devrais me mettre à faire comme les autres blogueurs qui ne se gênent pas pour mettre les photos de tous leurs amis, mais bon, je n'ose pas encore. Alors je commence par me montrer moi.

Et je vais essayer de faire autre chose que d'être devant mon ordi. Par exemple aller chercher mon panier de légumes bio tout à l'heure.

dimanche 15 janvier 2006

Étrange lumière





















Étrange lumière sur le Canal de Lachine en cette fin d'après-midi d'hiver. Il faisait - 25 C avec le facteur de refroidissement éolien. Pas chaud pour les mains du pauvre photographe (Grant).

mardi 10 janvier 2006

Encore une photo de chien


Devant le supermarché rue Bernard, samedi dernier.

lundi 2 janvier 2006

31 décembre


Mmmmm!!!

Noël à Québec






Pas mal de neige à Québec, où on est allés pour Noël.