vendredi 17 mars 2006

Cuba!!!

Photo tirée du site Unlocking the Archives.

J'ai eu une idée folle hier et je l'ai concrétisée tout de suite. Ça faisait quelques semaines que j'avais reçu de l'information sur une «brigade» qui part à Cuba à la fin d'avril pour deux semaines, mais je n'avais jamais envisagé vraiment d'y aller. Une brigade, c'est un groupe qui est accueilli à Cuba par l'ICAP (Institut cubain d'amitié avec les peuples) et qui va notamment faire du travail volontaire, dans les champs ou alors des travaux de construction (peinture, etc.). Mais puisque mon chum ne peut pas s'absenter de son merveilleux (hum...) travail, je pensais que je n'avais pas envie d'y aller toute seule. En plus, mon seul séjour dans le «Sud» était celui de l'année dernière à Cuba (si l'on exclut une semaine en Floride avec ma mère et mes soeurs il y a 30 ans, mais les USA, c'est pas le «vrai» Sud), et j'ai passé 2 jours dans ma chambre, complètement à terre à cause de la tourista. Alors l'idée d'aller séjourner là-bas dans des conditions moins salubres me faisait un peu peur. Et voilà que hier matin, en lisant un courriel qui rappelait que la date limite pour donner une réponse était hier soir, je suis partie sur cette idée, j'ai posé des questions, j'ai fouillé un peu sur Internet et puis hier soir, j'ai donné mon nom pour y aller, en ayant entretemps recruté une amie qui elle n'avait même pas eu d'information à l'avance et qui s'est décidée elle aussi dans la journée. On se trouvait un peu folles toutes les deux, mais elle a demandé conseil à son entourage et a obtenu la même réponse que moi : «Vas-y!!!»

C'est pas cher, mais c'est pas un voyage de luxe et de plage. Une aventure, plutôt, mais avec plein de contacts avec les Cubains. Le travail volontaire est vraiment volontaire et en fait, selon le programme provisoire que j'ai vu, il y a en tout 4 matinées de travail. Le reste est constitué de visites d'écoles et autres endroits, de rencontres avec diverses personnes. Ça ne devrait pas être trop dur. Et on ira aussi à la fameuse manif du 1er mai à La Havane. Une immersion parmi environ un million de Cubains...

Moi qui me plaignais de ne pas avoir rencontré de Cubains la dernière fois à part les employés de l'hôtel, ce voyage devrait être tout le contraire.

Comme j'avais lu pas mal sur des forums l'an dernier avant et après notre voyage à Cuba, je savais déjà que des groupes préparent des colis de médicaments à apporter à Cuba. J'ai donc fouillé sur Internet pour en savoir plus et voilà, j'ai toute l'information dont j'ai besoin et je pense les contacter quand je serai sûre de l'endroit où on va loger à Cuba (on va près de Santa Clara puis dans la région de La Havane). Il s'agit de Not Just Tourists et c'est très intéressant ce qu'ils font. Ils ont des organisations locales à Edmonton et en Ontario, la plus proche étant dans la région d'Ottawa. C'est un médecin qui a démarré ça il y a une dizaine d'années. Cubana a une limite de bagages supérieure (30kg, d'après ce qu'on vient de me dire au téléphone) à celle d'Air Transat, ce qui devrait me permettre d'apporter une de leurs valises de 10 kg. J'avais apporté plein de médicaments sans ordonnance, pansements adhésifs, etc. l'an dernier, mais là, ça inclut des vrais médicaments donnés par des médecins, pharmaciens, compagnies pharmaceutiques. Il faut les remettre là-bas à un médecin. J'aime beaucoup l'idée...

J'ai hâte!!! Reste à ne pas en faire une obsession constante pendant les 5 semaines qui restent d'ici le départ, pour être capable de travailler un peu, quand même.

3 commentaires:

Miss Patata a dit...

Wow ça semble géniale! Tu nous en donnes des nouvelles à coup sur?

Choubine a dit...

Ne pas en faire une obsession avant ton départ? Haha.

Panthère rousse a dit...

Oui Patata, ça va me faire pas mal de matière pour mon blogue.

Choubine, oui oui, j'en prends la ferme résolution, je vais essayer de penser à autre chose... de temps en temps... au moins quelques minutes par jour. Cette aventure a commencé jeudi et mon chum est déjà tanné d'en entendre parler. J'espère qu'il va survivre aux 5 semaines d'ici mon départ. 5 semaines moins un jour, plus précisément.