jeudi 17 janvier 2008

Les cerfs-volants de Kaboul

J'ai vu le film il y a 3 semaines, la nuit dernière j'ai fini le livre. J'ai beaucoup aimé Les cerfs-volants de Kaboul, un roman très prenant et émouvant. Je vais sûrement lire le deuxième roman de l'auteur, Mille soleils splendides, qui a l'air excellent aussi.

Présentation de l'éditeur
De Kaboul à San Francisco, des années 70 à nos jours, une déchirante histoire d'amitié et de trahison, avec, en arrière-plan, la chronique tourmentée d'un pays dévasté : l'Afghanistan. Bien que frères de lait, Amir et Hassan ont grandi dans des mondes différents : le premier est le fils d'un riche commerçant, le second est le fils de leur serviteur. Inséparables, liés par une même passion, les deux garçons se vouent une amitié indéfectible. Mais ce lien va se briser à jamais. Alors que sous ses yeux Hassan subit une véritable ignominie, Amir reste pétrifié. Peur ? Lâcheté ? Honte ? Pris dans une terrible confusion des sentiments, il n'esquissera pas un geste pour sauver son ami. Eté 2001. Réfugié depuis plusieurs années aux Etats-Unis, Amir reçoit un appel du Pakistan. Il existe un moyen de te racheter, lui annonce une voix au téléphone. Mais ce moyen passe par une plongée au cœur de l'Afghanistan des talibans... et de son propre passé.

Biographie de l'auteur
Khaled Hosseini est né à Kaboul, en Afghanistan, en 1965. Fils de diplomate, il a obtenu avec sa famille le droit d'asile aux Etats-Unis en 1980. Son premier roman, Les Cerfs-volants de Kaboul, a bénéficié d'un extraordinaire bouche à oreille. Acclamé par la critique, il est resté de nombreuses semaines en tête des listes aux Etats-Unis, où il est devenu un livre-culte.

2 commentaires:

Line rouge a dit...

J'ai bien envie de lire ce livre. Je crois que le titre sera plus facile à retenir que le nom de l'auteur.
en passant merci pour tes gentils commentaires sur mon blog. Ça fait toujours plaisir.

Line

Miss Patata a dit...

Ah tu vois, moi j'ai fais l'inverse! Bouleversée par ce livre, je sens que je vais pleurer au film! L'abnégation...