vendredi 26 janvier 2007

Les Amis d'Emma

Je viens de finir ce roman qui se lit très vite. Je ne savais pas trop quoi en penser au début, je trouvais les personnages plutôt caricaturaux, on aurait presque dit une histoire pour enfants. Mais j'ai fini par m'attacher à eux et je dois avouer que j'avais les larmes aux yeux quand je suis arrivée à la dernière page. Les âmes trop sensibles lorsqu'il est question d'animaux de boucherie, de viande et de sang devraient s'abstenir.

Présentation de l'éditeur :
« Elle avait besoin d'argent et elle voulait un homme. Maintenant qu'elle avait les deux, elle avait bien l'intention de les garder. Emma adore se rouler dans la paille avec ses cochons, s'enveloppe dans la crasse comme dans un cocon. Emma fabrique des saucisses et des saucissons au kilomètre. Emma voudrait un homme à aimer et de l'argent pour payer ses dettes. Mais où les trouver quand on vit seule dans une ferme isolée ? Max est un gratte-papier timoré, il n'a jamais approché une femme de sa vie, il a peur des animaux. Propre comme un sou neuf, il déteste la saleté. Max est atteint d'une maladie incurable. Une nuit, sa Ferrari s'écrase dans la cour de la ferme d'Emma. Emma découvre le petit homme évanoui et, à côté de lui, un sac plein de dollars. Comment va-t-elle se débrouiller pour l'apprivoiser ? Cette rencontre de deux solitaires blessés par la vie est un festival d'émotion et de drôlerie. L'imagination est débridée, la morale inattendue, et la tendresse irrésistible. »

Ce petit porcelet tout mignon sur la couverture m'a donné envie (juste un instant, c'est pas sérieux) d'adopter un cochon (genre cochon nain, qui reste petit). Il paraît que c'est intelligent, les cochons, et que c'est propre si on leur donne un environnement qui leur permet de le rester. Il faut que je vous dise que je suis allergique aux chiens, chats, etc. alors le seul animal domestique dont j'ai partagé la vie a été une petite chienne, lorsque j'avais 8-9 ans, avant d'être vraiment allergique. On ne l'a eue qu'une couple d'années, elle a été tuée par une voiture et après ça, mes parents ne voulaient pas nous laisser adopter un autre animal, à part une couleuvre ou une grenouille de passage quelques jours. C'est vrai que j'ai eu aussi 2 hamsters, pas très longtemps, le mâle a tué la femelle en la mordant à la gorge...

Donc, un cochon, ça ne doit pas être allergène. Et on doit pouvoir lui donner plein de restes de légumes qui iraient autrement dans le bac à compost. Mais bon, je n'ai pas vraiment envie de nettoyer une litière... Je peux me contenter d'un petit cochon imaginaire, peut-être, bien sagement assis à mes pieds, pendant que je traîne à l'ordi ou que je traduis.

Il y avait eu il y a une couple d'années une histoire de cochon «domestique» dans le Plateau, le propriétaire ne voulait pas que son locataire garde cet animal qui était devenu la coqueluche des passants de l'avenue du Mont-Royal. On l'avait même vu à la télé, je pense.

5 commentaires:

choubine a dit...

Ma mère, enfant, aimait bien les petits cochons; d'après ce qu'elle me disait, ils sont très affectueux.

Panthère rousse a dit...

Salut Choubine! Et c'est tellement mignon! Ça l'est moins quand ça grossit, bien sûr...

selig1 a dit...

moi aussi j'ai acheté le roman par rapport à la couverture ! quant aux cochons nains, j'en voulais un, je me suis renseigné : c'est propre (une caisse comme les chats), très intelligent, mais ils ne restent pas nains contrairement à ce que disent les vendeurs !

eolenovo a dit...

Bonjour,
Le film tiré du roman "Les amis d'Emma" sort en salles le 13 juin prochain sour le titre "Le Bonheur d'Emma".
Il a reçu récemment le Prix du Public au Festival du Cinéma Allemand à Paris et le Grand Prix du Festival du Film d'Amour de Mons.
Toutes les infos sur le film sur www.jour2fete.com

Panthère rousse a dit...

Merci pour l'info. J'espère que les personnages seront aussi attachants dans le film.