jeudi 19 juillet 2007

Chaussettes orphelines

Vous avez des chaussettes orphelines? Moi j'en ai une que je garde précieusement depuis des mois parce que je la trouve très jolie et que j'espérais toujours retrouver sa sœur, disparue de façon très mystérieuse (je n'ai même pas de sécheuse...). Mais je viens de lui trouver une mission, grâce à En direct des îles qui parle de Freecycle. Non, je ne vais pas offrir ma chaussette sur le site, mais je viens d'aller jeter un coup d'œil aux derniers messages et quelqu'un signale un évènement écolo qui a justement lieu en fin de semaine, au Vieux-Port. Alors ma chaussette va aller faire sa petite part, avec des milliers d'autres...

Grande corvée populaire
à l’Espace Sedna-Rebut global

Le dimanche 22 juillet, au Quai de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal, on adopte les bas orphelins et l’on recueille des plantes pour notre toit vert !

À l’invitation de Jean Lemire et de la Fondation Sedna, Blue Storm Média a récemment plongé dans une nouvelle aventure d’écoconstruction, celle de l’Espace Sedna-Rebut global. Pavillon d’interprétation pas comme les autres, il accueillera bientôt les visiteurs du Sedna IV en plus d’abriter une activité de sensibilisation à l’environnement concoctée par Équiterre. D’ici à l’ouverture, prévue le 28 juillet, l’Espace Sedna-Rebut global doit cependant garnir son toit vert et isoler ses murs. Le public est donc convié à une grande corvée populaire aux allures de fête, le dimanche 22 juillet, de 11 h à 16 h, au Quai de l’Horloge du Vieux-Port de Montréal.

En écoconstruction, tout peut servir… ou resservir : les touches d’un clavier deviennent mosaïque, des plateaux colorés habillent les murs, des banquettes d’autobus ou de métro meublent une salle de projection, les vivaces sont divisées pour mieux se multiplier et les bas orphelins isolent les murs d’un curieux bâtiment!

Des concepteurs allumés
Forte de l’expérience acquise par les Artisans, les Citadins et les Compagnons du rebut global, Blue Storm Média a réuni pour la construction des créateurs qui, selon leur bonne habitude, utilisent un maximum de matériaux recyclés ou récupérés auxquels ils donnent une nouvelle vie. Avec un talent inouï pour la création, un net penchant pour l’écodesign et les aptitudes qu’il faut pour mener à bien tous les projets qui bouillonnent dans sa tête, Vincent Vandenbrouck signe la conception et l’aménagement du bâtiment. Le chantier est dirigé par Jean Fiset, entrepreneur, qui a relevé avec brio l’ambitieux défi d’écoconstruction d’Habitat 07 à Baie-Saint-Paul. Quant à l’irrésistible K, écommunicatrice à l’énergie contagieuse, elle déploie des trésors d’imagination qui ne peuvent que porter fruit lorsque vient le temps de stimuler les troupes et de convaincre de nouveaux partenaires. Elle animera la grande corvée
populaire du 22 juillet.

Le but ? Recueillir des centaines de vieilles chaussettes (propres !) pour isoler l’un des murs de l’Espace Sedna-Rebut global et des dizaines de plantes vivaces pour en garnir le toit. Les chaussettes ? Elles peuvent être de laine ou de tout autre textile, unies, à pois, à rayures ou à fleurs ! Et les plantes ? Divisez vos plants de vivaces herbacées rustiques, en préférant celles dont les racines sont peu profondes : ciboulette, thym, iris, marguerites, fétuques bleues, etc.

Sur place, en plus des équipes de la Fondation Sedna, d’Équiterre et de Blue Storm Média, des passionnés d’environnement et des spécialistes de l’énergie renouvelable, de l’horticulture ou de toitures végétalisées renseigneront les visiteurs.

Suivez la construction de l’Espace Sedna-Rebut global au Quai de l’Horloge ou sur www.sedna.tv

2 commentaires:

Omo-Erectus a dit...

Aujourd'hui, chère Panthère, mon commentaire se limitera à cette histoire de chaussette, qui m'interpelle au plus haut point.

Quelqu'un sur cette terre me dira-t-il où toutes ces chaussettes perdues finalement se retrouvent? Si vous, bienheureuse, n'en avez qu'une seule, Hourra! Quant à moi, j'ai cette curieuse impression que chaque brassée constitue une crémation de chaussettes.

Croyez-vous qu'il y ait magie noire la dessous? Y a-t-il un paradis des chaussettes égarées à jamais?

Avez-vous idée de la quantité de chaussettes perdues? Ne serait-ce qu'ici, à Montréal, il y aurait de quoi refaire une nouvelle toile sur le stade olympique!

Je me suis officiellement plaint à Maytag, mais en vain.

J'envisage un recours collectif contre les manufacturiers de laveuses-sécheuses. Vous en êtes?

Panthère rousse a dit...

Je peux bien soutenir votre cause, mais moi je perds rarement des chaussettes. Comme je disais, je n'ai pas de sécheuse et je crois bien que c'est là que les pertes sont nombreuses. Je connais quelqu'un qui a perdu plusieurs chaussettes dans son enfance, mais la cause du problème était très spéciale.J'arrête ici, car ça vient de me donner une idée de billet avec photo...