mardi 3 juillet 2007

Le champ de fraises

Le champ de fraises, de Renate Dorrestein (traduit du néerlandais), est un roman assez sombre. On a une boule dans la gorge à lire cette histoire d'enfant torturée par ses anciens copains. La première phrase annonce la couleur : «Nous avions apparemment décidé un beau jour de ne plus jamais lui adresser la parole.» Et le livre finit ainsi : «La vie quelquefois part d'un côté et nous de l'autre. Il n'y a finalement rien de plus sensé à en dire.» Donc je ne conseille pas cet ouvrage si vous êtes à la recherche d'une lecture réconfortante...

De Hollande en Écosse, l'itinéraire d'une fillette aux prises avec le monde impitoyable de l'enfance et les mensonges des adultes. Un roman saisissant sur les silences familiaux et la culpabilité, par l'une des plus grandes romancières hollandaises contemporaines. Dans une petite ville de Hollande, Loes, six ans, vit entre sa mère cartomancienne et ses deux oncles, et règne sans partage sur la tribu d'enfants de son quartier. Jusqu'au jour où le père de Thomas, son meilleur ami, est retrouvé assassiné. La mère de Loes s'accuse du meurtre, est condamnée; la petite fille devient alors le souffre-douleur de l'école. Six ans plus tard, la famille se résout à déménager sur une petite île écossaise battue par les vents, loin de tout. Tant bien que mal, Loes va tenter d'obtenir des réponses d'une mère qui se mure dans un silence obstiné. Ce n'est qu'à dix-huit ans, à son retour en Hollande, que Loes sera en mesure de faire la lumière sur les mensonges de son enfance...

4 commentaires:

Jiji a dit...

Bonjour Panthère! Un petit mot te concernant se trouve aujourd'hui sur mon blog. J'aimerais que tu fasses un tour lorsque tu auras le temps. Merci!

Omo-Erectus a dit...

Hep! La Panthère... Je vais me le taper, ce livre, même si ca semble pas jojo. Mais cela dit, pas avant septembre ou octobre. Mes lectures d'été doivent être en symbiose avec mon esprit volage estival, voyez-vous?

Hasard. Je viens d'écrire un petit mot sur... Ah puis non. Voour lrires, si le coeur vous en dit !

Omo-Erectus a dit...

"voour lrires"...

Non mais franchement. Le clavier de mon nouveau portable me joue des tours.

Faut que je retourne à mes exercices avec la merveilleuse Mavis Beacon Teaches Typing Deluxe 17.0 !

Bref, ce que j'écrivais, c'est: "vous lirez, si le coeur vous en dit".

Panthère rousse a dit...

Je m'étais demandé si c'était pas un essai de néerlandais («Voour»), vu l'origine du livre dont je parlais...